Sarah Antier, lauréate 2018 L’Oréal-UNESCO For Women In Science Awards

  • Information publiée le

Ingénieure Télécom Physique Strasbourg Promo 2013, Sarah Antier fait partie des 20 doctorantes et 10 post-doctorantes françaises récompensées par le jury de sélection de l’Académie des sciences, pour l‘édition 2018 du programme "Pour les Femmes et la Science" porté par La Fondation L‘Oréal et l‘UNESCO.

Double diplômée Ingénieure Généraliste et Master Astrophysique, Sarah Antier rejoint le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) pour préparer son Doctorat-PhD. Elle rejoint ensuite l’IN2P3 (Institut national de physique nucléaire et de physique des particules), institut de recherche fondamentale du CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Ses recherches au LAL (Laboratoire de l'accélérateur linéaire) contribuent à la préparation de la prochaine campagne d’observation des ondes gravitationnelles.

ACTUS CNRS

En août 2017, les physiciens ont observé pour la première fois une coalescence d’étoiles à neutrons grâce à la détection d’ondes gravitationnelles par la collaboration LIGO/Virgo. De manière indépendante, plusieurs contreparties électromagnétiques en multi-longueurs d'ondes ont été détectées. C'est le début d'une révolution en astrophysique. Les recherches de Sarah Antier, post-doctorante au LAL et bientôt à l’APC à partir du 1er décembre 2018, sont à l’avant-garde de cette astronomie multi-messagers. Pour cela, elle mène ses investigations en contribuant à la préparation de la prochaine campagne d’observation des ondes gravitationnelles au sein de LIGO/Virgo (début 2019). Par ailleurs, elle met en place un réseau mondial d'une dizaine de télescopes du nom de GRANDMA, qui sera à l’affût de toute contrepartie visible de l'événement. Le projet GRANDMA est une étroite collaboration entre la France et la Chine où les équipes travaillent conjointement sur le développement de plans d'observations et de pipelines de recherche de source transitoire en temps-réel. Fort de son implication au sein des collaborations LIGO/Virgo et de GRANDMA, Sarah Antier espère tirer des informations tant du signal d’ondes gravitationnelles que de l’émission électromagnétique, afin d’en savoir plus sur les événements violents et méconnus de l’Univers.

Consulter la liste des actualités